C’est sous le regard figé des deux adjoints du shérif qu’un jeune chasseur de primes dépose sans ménagement les corps de deux hors-la-loi recherchés avant de se diriger tranquillement vers l’hôtel.
Le shérif, dont la renommée n’est plus à faire, voit d’un très mauvais œil l’arrivée de ce cow-boy virtuose de la gâchette d’autant plus que ses adjoints ne lui ont pas, comme le stipule le règlement de la ville, confisqué ses armes à son arrivée.
C’est donc à lui de s’en charger mais quand il apprend le nom de l’homme, toutes ses certitudes s’évanouissent tout comme son assurance.
Sa réputation est en jeu et le duel inévitable.

” Vous pensez qu’on peut changer le regard des gens, M’sieur ? “

Cette histoire en « one shot » m’a plu immédiatement. Tous les ingrédients du western spaghetti sont réunis : le cow-boy solitaire et énigmatique, le shérif local, la prostituée au grand cœur et un lourd secret hantant cette petite ville si tranquille.
Cependant la comparaison s’arrête là. En effet, dans cet album, pas de fusillades, pas de pillages de banques ni de chevauchées fantastiques, la tension monte progressivement et la vérité sur les uns et les autres se dévoilent progressivement lors de flashbacks réguliers. 
Finalement, personne ne parait être ce qu’il prétend être.

Coté dessin, j’ai été séduit par le trait précis et efficace de Richard Guérineau, les personnages sont sobres et aucunement dans l’excès et tous, par leur histoire, leurs faiblesses, sont attachants.

Coté scénario, c’est la construction de l’histoire qui se fait progressivement à coup de flash-back, de silences pesants, de faux-semblants et d’un découpage des cases tirées au cordeau.
Et je terminerai par les décors et surtout les couleurs qui baignent cette ville de l’Oklahoma dans une atmosphère suffocante ce qui ajoute à cette ambiance pesante.

Si les apparences sont souvent trompeuses, les vérités ne sont pas toutes glorieuses, bien au contraire. 
Et ne sort pas toujours grandi celui qui survit.

En espérant vous avoir donné envie de vous plonger dans ce western à la lenteur nécessaire pour capter toutes les subtilités du récit et s’interroger sur la complexité entre le besoin de notoriété et le besoin d’exister.

retour en haut de page


Après la nuit
Scénario : Richard Guérineau & Henri Meunier

Dessin : Richard Guérineau
Couleurs : Raphaël Hédon
Parution le 04/06/2008)
Editeur : Delcourt
Format : Grand format
Planches : 62