Cette lecture a été pour moi un vrai coup de poing !
Une histoire brutale, sans concession, une histoire qui rappelle que la vie en plein far-west était rude et dictée par la loi du plus fort. Et qu’au final, c’est pas toujours le gentil qui gagne. Et non, la vie n’est pas toujours juste, surtout à cette époque où le moindre conflit se réglait à coups de revolvers dans une odeur de poudre.
Cet album nous raconte l’arrivée du chemin de fer et avec lui, la fin des véritables cow-boys, ceux qui accompagnaient les troupeaux pendant des mois pour les amener aux abattoirs. Désormais, les vaches seront chargées directement dans les trains en direction des grands abattoirs des grandes villes américaines. Le métier de ” vacher” est mort !

« ceux qui boivent, … ils font tout le temps n’importe quoi, alors … j’ai pensé qu’on croirait à un accident…. »

Au départ, cet album devait s’appeler « les derniers cow-boys » car en effet, le métier de vacher en charge d’accompagner les énormes troupeaux de vaches au travers d’immenses étendues, vivait ces derniers instants, mais finalement, les auteurs lui ont préféré un titre beaucoup plus évocateur de la détermination du héros.

C’était donc le dernier convoi pour Russel et ses hommes qui vont devoir penser à un autre métier dorénavant. Pour lui, l’avenir se dessine au milieu d’une petite ferme qu’il a prévu d’acheter et d’occuper avec Bennett, son fils « adoptif », et son associé Kirby mais l’histoire ne va pas se passer exactement comme il l’avait prévu. En chemin, en traversant une petite ville sans histoire, un drame va brouiller toutes les cartes et les décisions qui vont être prises ne seront pas sans conséquences sur la tranquillité des habitants et l’avenir de la ville.

Quelle claque que cette histoire qui se joue du lecteur en l’amenant dans des montagnes russes émotionnelles et en déstabilisant nos convictions. Finalement, qui sont les gentils dans cette histoire, et les méchants sont-ils vraiment des salopards ou simplement des humains cherchant un moyen de s’en sortir. Et oui, dans le far-west, surtout à cette époque, la vie n’était pas si simple, si noire ou si blanche mais pleine d’incertitudes, de doutes, de peurs et surtout, l’instinct de survie amène les hommes à prendre des décisions pas toujours très reluisantes.

Jusqu’au dernier
Scénario : Jérome Félix
Dessin & couleurs : Paul Gastine
Parution : novembre 2019
Editeur : Bamboo éditions
Collection : Grand angle
Planches : 65

Pour en savoir plus sur cet album,
n’hésitez pas à visiter le site de la collection “grand angle”

picto facebook

suivez mon actualité

picto instragram

mon actualité en visuels

picto site Francois

mon profil “pro”