Je sais que cet album a fait beaucoup parler de lui au moment de sa sortie, aussi bien en bien qu’en mal. Normal, difficile de faire l’unanimité surtout en bd.
Mais j’avais envie moi aussi de vous partager le plaisir que j’ai eu à le découvrir. 
Dans un premier temps, c’est la couverture qui m’a attiré : juste cette silhouette sur fond jaune. Je pense que, moi aussi, je suis tombé sous le charme de ce chemisier.
Ensuite, la simplicité du trait qui met l’accent sur l’essentiel, des cases parfois pratiquement vides ou certaines répliques pour montrer la « transparence » dans laquelle évolue notre héroïne (dans le lit, son copain : « C’est bizarre, l’épisode 5, il fait 47 minutes, au lieu des 58 minutes…»)
Et puis, ce chemisier qui lui permet de se rendre « visible » aux yeux de son entourage, qui lui permet de « vivre » pour elle et qui lui fait découvrir son « autre » personnalité, un petit peu à l’image d’un super-héros qui existe, en partie, grâce à son costume.

” Lui : il est nouveau ce soutif ?  Elle : « Non, ça fait quatre ans que je l’ai. “

Voilà, c’est donc l’histoire de Séverine, une jeune étudiante à la Sorbonne qui poursuit ses études de lettres au coté de son copain qui lui prête peu d’attention lui préférant les jeux vidéos et les séries. Comme beaucoup d’étudiante, elle fait des baby-sitting et c’est lors de l’un d’eux qu’on lui prête un chemisier en soie qui va transformer sa vie et surtout le regard que les autres vont porter sur elle.
Un livre simple, une histoire simple mais qui met l’accent sur l’envie de vivre « pour soi » et de sortir d’un modèle dans lequel notre entourage voudrait nous cantonner. Et parfois, un simple accessoire nous permet d’y arriver.

Le chemisier
Scénario et dessin : Bastien Vivès
Parution : septembre 2018
Editeur : Casterman
Planches : 208
Roman graphique